22 juillet 2020

Des études scientifiques ont déjà mis en évidence la relation de causalité entre le stress et l’infertilité. Les personnes trop tendues rencontrent une certaine difficulté à avoir un enfant. Ce constat concerne autant les femmes que les hommes.

Difficulté à enfanter et stress forment un cercle vicieux

L’infertilité est une source de tension constante dans un couple. Bien que les tourtereaux s’entendent à merveille sur tout, avoir un enfant est un sujet qui peut rapidement fâcher ou attrister. Bon nombre de maris et femmes se séparent suite à l’impossibilité d’avoir un bébé, quelle qu’en soit la cause. Les partenaires subissent une énorme pression face à la recherche de progéniture. Si après plusieurs essais, le couple n’arrive pas à avoir d’enfant, l’anxiété apparaît inexorablement au même titre que l’agitation. La discorde se fait plus fréquente. L’insomnie et le sentiment de tristesse permanente plombent le quotidien. L’isolement social caractérise également le stress lié à la fertilité. La déprime s’installe progressivement. Les signes sont irréfutables, l’incapacité à avoir un enfant stresse. Ce trouble hormonal occasionne à son tour davantage de freins à la procréation. Alors, apprenez avec stress.app/fr à gérer votre stress, à faire tomber la tension et à vous détendre.

Les troubles hormonaux sont à l’origine de l’infertilité

Du point de vue purement physiologique, des preuves de la corrélation entre stress et infertilité ont été établies. Des universitaires américains sont parvenus à la conclusion que les personnes souffrant de ce trouble hormonal récurrent ont deux fois plus de difficulté à procréer. Les chercheurs de l’État d’Ohio affirment leur thèse en menant une enquête approfondie sur quelque 501 femmes. Ils arrivent à la déduction que les dames de 18 à 40 ans ont souvent tendance à stresser lorsqu’elles souhaitent avoir un bébé. Les chances sont réduites de moitié si la future mère est tendue. L’échantillon étudié comprend exclusivement des personnes sans aucun problème de procréation spécifique. La déprime entrave la fécondité chez l’être humain. Un taux de cortisol trop élevé fait que les conditions pour accueillir un embryon ne sont pas réunies. Puis, d’autres troubles hormonaux, dont le diabète, peuvent davantage aggraver la situation.

La nervosité rend les hommes moins efficaces pour procréer

Les hommes ne sont pas épargnés par le stress. Ils subissent une forte pression au moment de procréer. D’ailleurs, la gent masculine rencontre des appréhensions à chaque rapport sexuel. Il leur faut assurer à chaque relation charnelle alors que le corps ne peut pas toujours répondre efficacement aux envies. La déprime est l’une des principales causes de l’impuissance. L’impossibilité de tenir une érection suffisante pour pénétrer la femme et livrer la semence découle indirectement d’un pic de cortisol. Pour rappel, cette hormone doit normalement être sécrétée pour répondre à des situations particulièrement dangereuses. Elle gère l’instinct de survie, mais occasionne en même temps des réactions en chaîne aux effets dévastateurs. Pour ceux qui souhaitent venir à bout de l’impuissance causée par le stress, il est possible de suivre un cours ou se faire coacher par un professionnel pour mieux gérer le stress. La prise en charge comprend du développement personnel, mais également des exercices pratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
fr_FRFrench